Le Depa… Quoi ?

Le Depakote ou LE traitement pour réguler les émotions des personnes atteintes de troubles bipolaires.

Aussi appelé régulateur d’humeur, ce traitement est donc censé nous aider à ne pas atteindre ces fameuses phases qui caractérisent les bipolaires : UP et DOWN.

Pour rappel sur cette maladie et ses 2 phases : Être Bipo-laire

C’est donc ce même traitement qui partage mon quotidien depuis déjà pas mal d’années.

J’ai une dose plus ou moins réduite et pour mon propre confort, j’ai pris la liberté de la réduire encore un peu, car je ne me sentais pas en pleine possession de mes capacités même avec cette dose qui apparemment était légère.

Attention ceci n’est pas un conseil, je vous invite vivement à respecter les doses prescrites par votre psychiatre !!!! Et bien sûr d’être totalement transparent avec votre médecin, personnellement je lui raconte vraiment ma vie, mes craintes, mes peurs, mes déceptions, mes joies et mes amours, mes emmerdes.

Mon suivi est aujourd’hui d’une consultation par mois, je me sens bien en ce moment, mais je sais qu’aux premiers signes d’une montée ou d’une chute, j’en parlerais directement à ma psychiatre et lui demanderais un rendez-vous avant de vraiment basculer ! C’est important de ne prendre aucun risque et d’apprendre à se connaître et surtout reconnaître quand nous pouvons entrer dans une de ces deux phases.

Je ne peux pas vous dire que le Depakote est une promenade de santé, c’est un médicament puissant ! Vous devez bien lire la posologie et pour nous les femmes, ne pas envisager une grossesse pendant le traitement !!!

Malheureusement cela serait très risqué pour vous mais également pour votre futur enfant, vous devez envisager le Depakote comme un poison pour votre bébé ! Il peut effectivement être responsable de malformations chez le fœtus.

Et donc si vous souhaitez devenir mère, il faudra en discuter avec vos médecins avant d’arrêter le traitement et donc de concevoir l’enfant.

J’ai souvent pensé qu’un autre traitement moins fort pourrait aussi bien faire le travail, mais lorsque j’ai abordé cela avec ma psychiatre j’ai vite été contente d’être sous Depakote !

Les alternatives pour traiter un épisode maniaque peuvent être :

  • un thymorégulateur (le lithium), qui devra être arrêté en cas de grossesse ou en prévision aussi ! Mais, c’est beaucoup plus compliqué en terme de suivi, de nombreuses prises de sang, toutes les deux semaines notamment, et beaucoup d’autres examens, dont nous n’avons pas besoin sous Depakote. Ma psychiatre me l’avait fortement déconseillée !
  • des antipsychotiques atypiques comme l’olanzapine, la rispéridone, l’aripiprazole, et la quetiapine…! Mais cela n’aura pas le même effet dans le temps que le Depakote.

Personnellement, j’ai appris à vivre avec l’idée que j’aurais certainement ce traitement à vie, et que finalement à faible dose j’arrivais très bien à vivre normalement (Depakote forever 😬).

Alors oui peut être que, ça aura tellement chamboulé mon corps que, je n’aurais pas d’enfant de manière naturelle, mais après tout, d’autres manières existent pour devenir parent !

En espérant ne pas vous avoir fait peur sur ce traitement, sachez qu’il est efficace à long terme, et que cela nous permet d’être stable émotionnellement.

N’hésitez pas si vous voulez partager votre expérience ou nous dire quel est votre traitement : laissez un commentaire plus bas 👇 et je prendrai bien sûr le temps d’y répondre 😙.

Bien à vous mes Authentiques !

A&B

Publié par authentiquebipolaire

A pour Authentique & B pour Bipolaire ! Authentique et Bipolaire, c'est comme ça que j'ai envie de me définir pour vous parler de ma propre expérience en tant que personne atteinte de troubles bipolaires. See u soon les Authentiques !

Join the Conversation

3 Comments

  1. J’ose te demander combien tu prends de depakine, par jour ? J’ai l’impression d’etre obligé de prendre 2×500 mais au prix d’avoir une moins bonne empathie, et de moins bonnes facultés cognitifs (mémoire de rappel,
    anticipation , etc.)

    J'aime

    1. Ce fut aussi ma dose au début, mais ensuite j’ai parlé de ces problèmes cognitifs et du fait que je ne me sentais plus moi même, à ma psychiatre et nous avons diminué progressivement. Je suis aujourd’hui à 2×250 sur le papier. Et même si la dose me semblait encore forte, je me sentais déjà bien mieux qu’avec les 500 mg 2x/jour. N’hésites pas à en parler à ton médecin. Pour ma part elle a été très à l’écoute mais aussi pleine de précaution (c’est nécessaire donc elle a bien fait).

      Aimé par 1 personne

      1. Merci beaucoup pour tes précisons , je le vois demain. Moi j’en peux vraiment plus. Jamais, jamais plus de 10 jours sans rechute dépressive du style implosion et dévalorisation. Ce qui me fait le plus mal c’est mon manque de présence d’esprit et mon incapacité à m’affirmer quoi ! J’ai 40 ans , grisonnant et d’une gentillesse puérile.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :